Un nouveau médicament contre les dyslexies : le « DISLESTOP »

Médicament destiné uniquement à l’usage des enfants dyslexiques. Ce médicament, issu des dernières recherches médicales, permet de lire les yeux fermés, d’écrire en regardant le ciel bleu par la fenêtre de l’école et d’apprendre ses leçons en dormant.

 

Prendre 1 comprimé par jour, le matin avant d epartir à l’école.

Contre-indications absolue : ce médicament peut voir son effet annulé, et peut même déclencher un retard irréversible dans les progrès scolaires si un adulte prononce devant l’enfant traité une des phrases suivantes :

 

  • La dyslexie n’existe pas.
  • La dyslexie, c’est l’explication médicale de la paresse.
  • On ne peut pas parler de dyslexie avant l’âge de 8 ou 9 ans.
  • Apprendre à lire est une question d’intelligence.
  • On ne peut pas alléger un devoir pour un dyslexique ou lui donner plus de temps, c’est injuste pour les autres.
  • Je comprends que le dyslexique ne lise pas bien, mais s’il travaillait plus il saurait ses tables de multiplication.
  • Avec le temps il finira par lire comme les autres, c’est une question de maturité.
  • Avec un ordinateur, un dyslexique doit travailler comme les autres.
  • On ne doit pas prononcer le mot de dyslexie pour ne pas mettre une étiquette sur l’enfant.
  • Il n’y a aucun moyen fiable pour poser le diagnostic de dyslexie.
  • Ce dyslexique ne s’intéresse à rien.
  • La meilleure façon d’apprendre l’orthographe c’est d efaire copier 100 fois les mots.
  • Il voudrait me faire croire qu’il a travaillé toute la soirée alors que ce matin il ne sait rien de ses leçons.
  • Il irait mieux s’il n’avait pas toujours la tête dans la lune.

Surdosage : aucun cas d’intoxication n’a été signalé

 

Laboratoires 10surdys – Beaune – France

Les Homographes non homophones

Les homogrphes sont des mots qui s’écrivent de la même manière.

Les homophones sont des mots qui se prononcent de la même manière.

Le texte ci-dessous utilisent des homographes non homophones (donc qui se prononcent de façon différente).

Sortant de l’abbaye où les poules du couvent couvent, je vis ces vis. Nous portions nos portions, lorsque mes fils ont cassé les fils. Je suis content qu’il vous content cette histoire. Mon premier fils est de l’Est, il est fier etl’on peut s’y fier, ils n’ont pas un caractère violent et ne violent pas leurs promesses, leurs femmes se parent de fleurs pour leur parent. Elles ne se négligent pas, je suis plus négligent. Elles excellent à composer un excellent repas avec des poissons qui affluent de l’affluent. Il convient qu’elles convient leurs amis, elles expédient une lettre pour les inviter, c’est un bon expédient. Il serait bien que nous éditions cette histoire pour en réaliser de belles éditions.