Les troubles des apprentissages sont considérés comme une altération des capacités cognitives et sont donc considérés comme un handicap.

Ils sont régis par la loi du 11 février 2005 sur l’égalité des droits et des chances.

L’aménagement de la scolarité et des examens est donc une obligation pour les enfants « dys » le nécessitant. Les écoles publiques et privées doivent respecter cette obligation.

Il existe plusieurs projets pour faciliter la scolarité des enfants « dys » :

Le PAI : (Projet d’Accueil Individualisé)

Il est destiné à faciliter la scolarisation de votre enfant atteint d’un  trouble « dys ».

Vous devez en faire la demande auprès du médecin de l’éducation nationale ou auprès de la PMI de l’établissement scolaire.

Le PAI est élaboré au sein de l’école par l’équipe éducative, avec l’avis du médecin scolaire et /ou les services de la PMI. Il ne demande par l’intervention de la commission de la MDPH.

Il a pour objectif :

  • Organiser concrètement la vie de l’enfant dans son établissement scolaire.
  • Prévoir les aménagements pédagogiques adaptés  à ses troubles et à un suivi scolaire correct.

 

Le PPS : (Projet Personnalisé de Scolarisation)

Le PPS fixe les grands objectifs de la scolarisation et organise la scolarité des enfants handicapés.

 Il arrive que les difficultés des troubles « dys » nécessitent  un recours à l’élaboration d’un PPS pour harmoniser la prise en charge scolaire de l’enfant.

Les modalités de ce projet sont précisées dans la loi du 11 février 2005, relatif à l’égalité des chances et des droits des personnes handicapées.

 Le PPS n’est établi qu’à votre demande : il faut s’adresser à la Maison Départementale des Personnes Handicapées (MDPH) ou contacter l’enseignant référent du secteur ou un enseignant spécialisé lié à l’établissement de l’enfant.

 Le PPS est élaboré par une équipe pluridisciplinaire de la MDPH grâce aux informations données par l’équipe éducative et rééducative.

Après élaboration, le PPS est présenté à la commission des droits de l’autonomie des personnes handicapées(CDAPH) et aux parents qui le valident ou non.

 Le PPS peut définir :

  • Les objectifs scolaires et éducatifs
  • L’emploi du temps intégrant les séquences de soins et de rééducations
  • Les aménagements à prévoir (matériel, temps, personnel, transport…)
  • L’orientation vers un dispositif de scolarisation spécialisé (CLISS,…)
  • Les aménagements médicaux si nécessaires
  • Les aménagements pédagogiques

Une équipe de suivi de scolarisation veille à la mise ne place des mesures demandées par le PPS. Cette équipe est coordonnée par l’enseignent référent de secteur qui suivra votre enfant durant toute sa scolarité.

Ces projets permettent aux enfants « dys » d’intégrer une classe avec des adaptations spécifiques évitant un échec scolaire.

Certains enfants « dys » ne pourront cependant pas intégrer une classe normale, du fait d’un trouble trop important, c’est alors en lien avec la commission départementale des personnes handicapés que la décision d’orienter un enfant en « CLIS (Classe d’Intégration Scolaire) peut être prise .Ces décisions sont toujours prises en concertation avec les familles.

repérage des difficultés et réponses pédagogiques

Document réalisé par Stéphanie Collard enseignante à l’école du Charme à Villers-Semeuse